111 Villages Noirs

Publié le par Kino Frontera

Soyons clairs!

Aujourd'hui, c'est une journée électorale et donc, comme à chaque fois nous allons repousser un peu plus les limites du "merdouillage" politicien.
Des hommes (ou des femmes - pas de jaloux-ses) politiques vont faire une démonstration qu'à l'inverse du latin, la langue de bois est tout à fait vivante ...
Des partis vont s'auto-congratuler (ça vous gratule ou ça vous chatulle - parce que moi, ça me casse les culles) ...
Des présentateurs télé vont tenter de faire croire qu'il n'ont pas trouvé leur carte de presse dans un paquet de Bonux (mais c'est juste parce que Bonux ne fait plus de cadeau) ...
Des analystes vont, tout à tour se prendre pour M. De La Palisse ou Mme Irma ...
Les suputations succèderont aux prévisions, les sondages aux estimations, les probabilités aux élucubrations, et la main de ma soeur à la culotte du zouave ....

Alors je dis STOP ....

Ce sera sans moi.

Aujourd'hui, je vais parler d'autre chose.

Figurez-vous (ou visagez-vous, si vous n'avez pas de figure) que depuis quelques temps, une idée me trotte dans la tête (et comme c'est Zitrone qui commente, je vous dis pas le boucan que ça fait là dedans).
Une idée toute simple.

Il y a eu les Mystères de Paris
Il y a eu les Nouveaux Mystères de Paris
Pourquoi n'y aurait-il pas les Mystères de Marseille.

Marseille est une ville constituée de 111 villages.
Ce seront les 111 Villages Noirs
Des petits polars, situés dans les quartiers de Marseille, avec des titres sonnant comme des romans de gare ...
D'ailleurs, pour inaugurer ... et aussi me forcer un peu à les écrire ... voici ce qui pourrait être le début du premier.
Et puisque l'on parle de roman de gare, commençons par la "Gare de la Blancarde"

Villages Noirs - Blancarde
                          Ca rue dans la Blancarde


« Marseille-Blancarde, cinq minutes d’arrêt ! »


Et même, d’arrêt-buffet, pour le monsieur qui semblait faire la sieste sur un banc vert bouteille. Il était sans doute peint de cette couleur en hommage à ses occupants habituels ; des enfants d’Archimède qui, au lieu de plonger des corps dans un liquide, plongent des liquides dans leur corps.

Au menu : 75g de plomb. Pas que la portion soit grosse (nouvelle cuisine oblige), mais c’est quand même lourd à digérer.


J’en étais là de mes réflexions. En fait, non, je n’en étais pas exactement là. J’étais plutôt en train de maudire l’inventeur du baladeur MP3. Pourquoi ?

Parfois, je me dis que je devrais commencer par le début. Je suis sur que c’est aussi ce que vous vous dites.

Allez, tant pis pour l’impressionnisme et l’originalité, mettons un peu de chronologie dans tout cela...


(à suivre)



Publié dans Polar

Commenter cet article

Philippe Marsu 19/03/2010 07:32


"petits polars".... pas nouvelles, en effet !


Philippe Marsu 15/03/2010 19:45


Voilà une idée plaisante !
111 nouvelles policières (et pourquoi nouvelles ?) écrites par Kino !
Dommage que je ne connaisse pas Marseille, j'aurais bien proposé ma participation...
Au plaisir de lire la suite...


Kino Frontera 16/03/2010 17:31


C'est vrai pourquoi nouvelles. Je n'ai pas dit "nouvelles". Par contre, au vu de mon dilettantisme et de ma paresse quasi-légendaires dans certaines contrées ensoleillées, si j'arrive à écrire les
nouvelles ce sera déja bien...


jean-phi 14/03/2010 18:20


un petit coucou en passant ...