Il a neigé sur Today (pour ceux qui se souviennent de Marie Laforêt)

Publié le par Kino Frontera

Dieu (ou l’un de ses remplaçants) sait que je n’accorde que peu de foi (même en temps de crise) aux oracles des prédicateurs météorologiques.


Pour autant, depuis hier, tout Marseille savait qu’il neigerait demain, c’est à dire aujourd’hui puisque le demain d’hier est l’aujourd’hui d’aujourd’hui.


Tout Marseille ? Non ! Car un groupe d’irréductibles politiciens s’entête à craindre tout un tas de choses (les grèves lycéennes, les grèves des dockers, les grèves sous les pavés, l’abolition du cumul des mandats, les juges madrilènes, l’homme au masque Deferre, le retour du Comte de Monte Cristo) sauf une : que la neige ne leur tombe sur la tête.


Du coup, pas question de sabler ou saler les rues par anticipation.


Bref, ce matin la ville est dans un merdier total.
Faut dire que les derniers souvenirs de neige à Marseille, en fait de tapis blanc, c’était juste une moquette genre aiguillette : peu épaisse et peu persistante.

Mais là, au moment ou j’écris ces lignes, les flocons tombent sans discontinuer depuis 5 heures et il va certainement falloir déterrer quelques anciens si l’on veut des récits d’un Marseille plus blanc (je n’ai pas dit plus propre).


Bref, ils n’ont pas salé.
Certes l’opération aurait eu un coût (à mon avis bien moindre que les dégâts résultants de cette incurie -Pierre et Marie de leurs prénoms – politique) mais quand on sait les sommes colossales gaspillées pour un tramway quasi – inutile et d’une lenteur à rendre jaloux un Corse à l’heure de la sieste ou pour la réhabilitation de la rue de la République dont chacun sait à Marseille (sauf toujours les mêmes) qu’elle ne sera jamais une artère commerçante drainant la population aisée (qui ne veut rien avoir à faire dans ce quartier, et ce depuis que la rue existe), on se plaît à rêver que pour une fois on utilise les deniers publics à bon escient (et non pas à bonnet chiant, qui est une sorte de couvre chef en laine, muni au choix de grelots ou de cornes de caribou – et c’est vraiment chiant d’être obligé de porter ça)…..


D’ailleurs, il faudra un jour que l’on parle un peu de cette rue de la République (terme, hélas, dans son cas largement dévoyé), vendue aux fonds de pension américains, dont on a expulsé (avec une délicatesse qui rappelle les belles heures ou le milieu marseillais marchait main dans la main avec les politiciens locaux – Gaston, si tu nous entends, on pense bien à toi) les commerçants et les habitants pour les remplacer par des boutiques de grandes enseignes où les vendeurs sont plus nombreux que les clients.


Si j’étais de mauvaise foi (et après tout, je le suis) je me demanderais s’ils ne préfèrent pas se sucrer plutôt que de saler. Après tout, s’il s’agit d’un régime pour lutter contre l’albumine, pourquoi pas ! ! Mais surveillez quand même le cholestérol…


Donc, pour résumer : Marseille est sous la neige et la feuille dans laquelle on recense toutes les belles initiatives de nos édiles est toujours, elle, blanche comme neige

Publié dans Enfumage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe 12/01/2009 06:20

http://fr.youtube.com/watch?v=IkacC97hujM

Philippe 11/01/2009 18:59

Kino... t'es parti pour le titre de roi du calembour la reine !