Même quand ils bossent ... ils ne bossent pas.

Publié le par Kino Frontera

Tiens, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas fait quelques amis de plus chez les fonctionnaires (dont je suis - j'estime donc pouvoir en parler librement, pas question d'une quelconque rancune) ou assimilés.
Aujourd'hui, je vais vous parler de la Poste et plus précisément du bureau Marseille 06 (pas question non plus de généraliser).

J'attendais un colis et donc, depuis quelques jours, je vérifiais soigneusement la boite aux lettres pour y trouver le petit papier qui m'inviterait à aller chercher mon paquet dans le bureau de poste le plus proche (dans le meilleur des cas).
Je n'étais pas idiot au point d'attendre la livraison du colis puisque les horaires de distribution du courrier ne sont pas compatibles avec la réception d'un envoi par une personne exerçant une activité professionnelle à temps plein.
En bref, si tu bosses, tu n'es jamais là quand ils passent.

Ma première surprise fut de trouver le dit papier le 14 au soir (il n'y était pas le 14 au matin), m'indiquant que je pourrais retirer mon colis à partir du 13 (car je n'étais pas là le 12 quand le facteur était venu).
Je trouvai l'attention délicate mais restait fort circonspect quand à la possibilité effective d'un retrait le 13 ...
Mais bon, muni de mon ticket, je décidait de m'en occuper le 15 (ce qui était plus raisonnable). D'après ce papier, les inscriptions sur le bureau de poste, sur internet et le répondeur téléphonique, le bureau ferme à 17h15.

Mais, arrivant à 17h08, heure du méridien de Greenwich, quelle ne fut pas ma stupéfaction en trouvant porte, rideau de fer et grille close. Je n'étais d'ailleurs pas le seul à constater cela.
Au bout quelques minutes, j'ai bien vu passer une personne munie d'une magnifique tenue aux couleurs de notre cher transporteur de courrier, à laquelle je me suis ouvert (moi, pas mon imper) de la situation.
"J'ai fini mon service."
Quelle jolie phrase. Je lui ai donc gentiment demandé de ramener, au besoin par la peau des fesses, le responsable des lieux, mais elle a préféré s'éloigner prestement...

J'ai fini par rentrer chez moi afin de chercher à joindre téléphoniquement l'un de ses cadres qui travaillent fort tard quand personne ne les voit (en tout cas, c'est ce qu'ils disent à leur épouse).
J'ai fait une découverte à cette occasion:
La Poste a inventé le répondeur perpétuel:
appuyez sur ceci si vous appelez pour ça, puis sur le 1, puis sur le 2, etc ... et quand vous demandez le service guichet, tout recommence au début, en boucle.
C'est surement fait pour ne pas énerver les gens qui téléphonent. Du coup, j'ai du me contenter le laisser un message à un conseiller financier - pourtant pas une espèce en laquelle l'actualité donne envie de faire confiance.

Voila, tout cela m'a mis d'excellente humeur.

Je pense que c'est le bon moment pour écrire un petit article sur le remaniement ministériel...

PS: je retourne demain au bureau de poste Marseille 06.

Publié dans Tant pis

Commenter cet article

Laplote 16/01/2009 02:48

Eh oui l'emploi de ces répondeurs se généralise pour le service public. Economie, économie.

Philippe 15/01/2009 20:54

Il faut tout de même préciser... La Poste de Marseille06 n'a pas inventé le mouvement perpétuel téléphonico-répondeur... on le trouve dans plein de grosses entreprises depuis un moment... Quant au courrier, Marseille est connue pour être une exception ! (dans une acception du terme tout à fait péjorative)