Téléchargement illégal = sauvegarde de la création musicale

Publié le par Kino Frontera

Je vous fait juste une petite citation du grand commandeur des croyants en la bonté d'âme du MEDEF, des grands groupes industriels, financiers, bancaires, etc, etc, etc ...

« J'ai demandé que la loi Création et Internet soit définitivement votée en mars prochain et je suis certain qu'elle aura un effet très positif sur les comportements », a déclaré Nicolas Sarkozy. « Le piratage détruit massivement la musique et le cinéma . Je ne laisserai pas piller les droits d'auteurs, parce que derrière les droits d'auteurs, derrière la protection de ces droits, il y a tout le processus de la création ».

« Je n'ai pas été élu pour laisser voler au supermarché », a encore ajouté le chef de l'Etat.

Au delà du style inimitable (On m'appelleeeee... le chevalier blanc !!!) nous sommes ici sur un sujet qui a le don particulier de m'énerver (je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi je ne l'ai pas encore abordé ici-même): le téléchargement dit illégal. Et plus précisément, le téléchargement de musique.

Avant toute chose, ma position sur le sujet est très claire et je vais expliquer pourquoi. Je suis pour le téléchargement de musique (actuellement dit illégal) sans qu'il soit question d'un quelconque paiement à qui que ce soit.

Tout d'abord, il faut connaitre les forces en présence, principalement deux: les maisons de disques et la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique) qui sont les grands pourfendeurs du téléchargement de musique sur Internet (car on ne leur donne pas de sous).

Regardons d'abord le cas des maisons de disque. Leur argument essentiel (le reste n'étant que littérature, même pas de gare - car j'ai un grand respect pour la littérature de gare; et ce n'est pas parce que cet article a un ton un plus sérieux que d'habitude que je vais m'abstenir de faire des digressions - je rappelle qu'un titre est en jeu - pour ceux qui suivent depuis le début - les autres pouvant se rapporter au premier article de ce blog) étant ...
Je reprends car je pense que nous avons perdu du monde en route...

L'argument essentiel des maisons de disques est que le téléchargement "illégal" est la cause directe de la chute des ventes de disques. Par cela, il porterait un grave préjudice aux auteurs et détruirait la création. Bon.

Il est bien évident que je ne partage pas ce diagnostic et que je pense pouvoir trouver un plein camion (dit "pouet pouet") de raisons expliquant la chute des ventes de disques:
des raisons subjectives:
- la piètre qualité de la production musicale française
- son formatage
- la main mise sur la création par les maisons de disques qui fabriquent entièrement des "artistes" par l'intermédiaire d'émissions de télés
- la publicité pour la musique, qui a pour seul effet de concentrer les ventes sur peu d'"artistes", de réduire la diversité et de participer un peu plus encore au formatage
- les quotas de chanson française, mesure protectionniste qui limite l'accès aux autres musiques, même quand elles sont meilleures
- etc, etc, etc ....
On pourrait développer presque à l'infini et notamment sur les raisons de la qualité des productions françaises ...

Mais aussi des raisons objectives:
La majeure partie des ventes de disques s'effectue auprès des ados et des jeunes adultes (12-35ans), et dans ce créneau, principalement au 12-25ans.
Les 12-25ans sont une catégorie qui, pour l'essentiel, ne disposent pas de revenus énormes: argent de poche, petits boulots, premiers jobs, cadeaux de l'oncle d'Amérique.
Il y a peu, cet argent était dépensé en cinéma, bonbons ou resto (selon l'age), disques, essentiellement...
Mais aujourd'hui, sur un budget identique, il faut rajouter, le téléphone portable (dont on connait le coût), l'abonnement internet ...
Une toute petite dose de bon sens suffit à comprendre que si l'on dépense de l'argent pour une nouvelle activité, il en reste moins pour les autres (à moins de croire que l'on peut travailler plus pour gagner plus, mais ce mythe est en train de s'effondrer)...
Il est donc tout à fait logique de dépenser moins pour les disques (hors tout critère subjectif), d'autant plus que l'internet a mis la musique gratuite à la portée de tous.

à suivre ...

Commenter cet article

Pascale 09/02/2009 18:01

Je suis d'accord avec vos arguments (surtout avec celui de la piètre qualité de la production musicale française). Evoquons également le pb de la rémunération indécente de ces stars de la zic qui, entre la vente de leur CD et les billets de concert, s'en mettent plein les poches. J'en ai marre qu'on nous prenne pour des gogos. Et donc, vive le téléchargement gratis !
Amitiés.

Kino Frontera 09/02/2009 18:32


Je vais y venir dans la suite de ce petit article. A ++


youyou29 08/02/2009 14:56

Entièrement d'accord avec ton analyse, tu
as parfaitement cerné les tenants et les aboutissants !! bonne analyse & bizzzzzzzzzz de youyou (tiens si ça te dis j'ai un peu de lecture sur mon blog, hihihihihi !!!!)

Kino Frontera 08/02/2009 21:30


La suite viendra dans la semaine